Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 23:36

Nous avons commencé cette séance par « J’veux du bonheur » que nous étions en train de travailler assidûment lorsque Marianne nous donna le signal. Nous entamions tous alors un « Joyeux anniversaire » pour les 30 ans de Magalie, ce qui la prit totalement au dépourvu.

Puis, vint le moment des cadeaux. Une parure collier et boucles d'oreilles… une trousse à maquillage... et un coffret pour une séance de massage.

 

Après cet intermède impromptu, nous avons repris, non sans émotion, notre répétition. Nous chantions encore un peu « J’veux du bonheur » avant d’entamer « Mira », plutôt rapidement car c’est un morceau court que les alti et les sopranes connaissent, il n’y avait donc que la partie des hommes à travailler.

 

Nous avons terminé la répétition avec une reprise de « Plus près des étoiles » suivi de « La lune est morte » que nous prenons toujours plaisir à chanter. Ce fût donc une séance riche en émotion, durant laquelle nous avons bien ri, que nous quittions en attendant impatiemment la prochaine.

 

 

 

 

 

 

Le moment des cadeaux...

Mardi 3, séance spécialeMardi 3, séance spéciale
Mardi 3, séance spécialeMardi 3, séance spéciale
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 01:12

Un air de nouveauté a soufflé sur notre répétition. Et cet air, c’est « J’veux du bonheur » du groupe Au p’tit bonheur.

http://www.youtube.com/watch?v=3uStC_JW4XU

 

Oui, nous avons commencé l’apprentissage d’un chant qui ne fait pas parti de Dogora pour diversifier notre répertoire du moment et, ainsi, éviter la monotonie. D’autant plus que nous sommes largement dans les temps puisque nous connaissons tous les chants dogoriens pour le concert et qu’il ne nous reste plus qu’à parfaire les détails.

 

D’ailleurs, c’est pour le peaufinage que nous nous sommes ensuite séparé pour travailler par pupitre. Les hommes sont donc montés à l’étage avec Marianne, tandis que les alti et les sopranes sont restées avec Magalie dans la salle principale. Ainsi, nous avons repris « Soutrinka » qui commence sérieusement à prendre une belle consistance.

 

Puis les alti et les sopranes ont revu « Mira ». Et nous avons encore progressé, surtout les alti qui ont le plus de paroles à chanter, bravo.

Enfin, les hommes nous ont rejoint et nous avons alors chanté tous ensemble « Soutrinka » qui, avec toutes les voix, gagne en intensité et devient un très beau chant que nous prenons vraiment plaisir à chanter. Par contre, nous n’en avons pas fait de même avec « Mira », morceau n’ayant pas été travaillé par les hommes qui ont pris le temps de bien répété « Soutrinka » du fait de l’arrivée d’un nouveau choriste.

 

Bravo à toutes et tous, et vivement mardi prochain.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 18:41

Nous nous étions tous installés en face du tableau blanc qui, pour l’occasion, nous servit d’écran de projection et nous nous sommes régalés de la bande annonce du film de Patrice Leconte : Dogora - Ouvrons les yeux, sans dialogues et sans mots mais empli de la musique d’Etienne Perruchon.

 

http://www.youtube.com/watch?v=92O1T9de1VE

 

Cette vidéo fut suivie d’une autre où l’on peut voir Etienne Perruchon faire répéter un chœur d’enfants en leur expliquant la force et l’intensité qu’il faut injecter dans le chant.

Puis, nous avons échangé nos impressions et nos avis sur ce que ces vidéos nous ont inspirés, et à quel point cela nous donne envie d'aller au bout du projet.

Marianne et Magalie en ont profité pour nous donner quelques chiffres, ou plutôt nombres, pour les deux concerts : nous serions donc environs 75 choristes adultes et 130 enfants accompagnés d’un orchestre harmonique composé de 25 musiciens lors de chaque représentation, pas mal, non ?

 

Après cette séquence vidéo, nous avons repris nos partitions, il faut bien travailler un peu, et nous avons eu le droit à une distribution des paroles des chants de Dogora, récrites en  grand par Jean-Claude. Et, justement, nous avons (re)travaillé Mira. Puis, histoire de nous changer un peu les idées, nous nous sommes plongés dans notre « ancien » répertoire avec « En sortant de l’école » suivi de « Ave verum » pour finir avec « Le Sud » qui faisait taaannnt envie à Bernadette…

Comment ça, je balance ?

Et je ne me moque pas non plus !

 

Bref, après avoir si bien chanté, il était temps de manger.

Nous avons sorti nos victuailles pour partager ce repas et bien plus encore.

Nous avons parlé de tout, de rien, de sujets les plus divers, nous avons ri, passés un très bon moment ensemble. Ce fut donc une soirée réussie et nous sommes rentrés chez nous satisfaits et l'estomac bien rempli comme à chacun de nos repas.

Hum... C'est booonnn
Hum... C'est booonnnHum... C'est booonnn
Hum... C'est booonnnHum... C'est booonnn

Hum... C'est booonnn

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 23:52

Une fois n'est pas coutume, nous avons commencé la séance par une petite réunion "de crise". Nous nous inquiétions en effet du nombre d'absents et nous avons décidé d'en discuter afin d'essayer d'en comprendre les raisons. Il ressort, pour ceux qui ont pu parler avec les choristes qui ne viennent plus, que le projet Dogora les effraie un peu, que cela leur parait trop difficile, notamment les paroles que certains ont du mal à assimiler, ils préfèrent donc ne plus venir.

 

Il est vrai que Magalie avance assez vite avec nous lors des répétitions mais aucun ne lui a signalé ses difficultés. Elle nous a d'ailleurs rappelé que nous étions tous d'accord pour mettre en route ce projet, ce que tous les choriste présents ont confirmé, et qu'elle était tout à fait prête à entendre nos remarques. Il ne faut surtout pas hésiter à lui parler de nos difficultés afin de pouvoir y remédier, Magalie ne peux pas les deviner.

 

Nous avons choisi,pour ranimer la flamme et nous rendre mieux compte de ce que Dogora représente, de faire de la séance de mardi 19 une séance de projection de vidéos qui durera environ une demi-heure avant une petite répétition écourtée. Ensuite, nous passerons la soirée ensemble autour d'un bon repas comme nous le faisons maintenant régulièrement.

 

Après cette réunion improvisée, nous nous sommes tout de même mis au travail. Nous avons donc repris "Dogora" que nous avons chanté en entier. Certes, ce n'est pas encore parfait mais... ça va le devenir.

Ensuite, ce fût "Kiatché Tchékania" qui nous demande surtout un gros travail d'attention pour démarrer au bon moment. Heureusement, c'est un chant court avec peu de paroles. Si court que certaines d'entre nous furent surprises de l'avoir déjà "fini".

 

Alors, rendez-vous mardi prochain pour notre séance vidéo qui nous aidera, j'en suis sûre, lors de nos prochaines répétitions.

Et n'oubliez pas de préparer un petit plat pour notre repas partagé.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 23:39

Après deux semaines de vacances, nous voici donc de retour pour reprendre les répétitions de la petite suite de Dogora. Nous avons donc travaillé « Dogora » qui pose un seul et même problème à chaque fois, la diction. Ces mots étranges doivent être prononcés rapidement, dans le bon ordre et parfaitement articulés, ce qui ne va pas forcément de soi. Alors, lisons et relisons ces phrases jusqu’à ce que nous les maitrisions et nous pourrons chanter « Dogora » sans souci.

 

Puis, nous entamions « Kiatché tchékania », chant très court, sur lequel alti et sopranes ont peu de paroles à entonner car c’est principalement les enfants qui le chantent. Il fut donc rapide à apprendre, la difficulté se situant dans le fait de démarrer au bon moment, il est donc important de bien regarder notre chef de chœur, ce qui signifie qu’il faut lever les yeux des partitions.

 

Enfin, nous avons commencé l’apprentissage de « Soutrinka ». Je n’ai pas eu la sensation que ce chant pose de problèmes particuliers, à part, pour les hommes, de se mettre d'accord avec Magalie pour savoir sur quelle octave chanter. Une fois ce "détail" réglé, je suis toujours surprise de constater à quelle vitesse nous assimilons le dogoriens.

Je nous félicite toutes et tous et je nous applaudis des deux mains. Bravo !

 

 

Il existe un petit point négatif cependant. Il est à noter que, pour cette séance, le nombre d’absent(e)s, notamment chez les sopranes, était beaucoup plus élevé que celui espéré par Magalie et l’ensemble des choristes présents. Nous espérons donc la présence de toutes et tous ce mardi afin de pouvoir travailler les chants dans la continuité et que, TOUS, nous les apprenions.

 

Merci à tous.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 16:33

A partir de la séance du mardi 15, nous nous concentrons sur Dogora dont la représentation sera donnée en mai 2014 à laquelle participeront quatre chorales et un chœur d’enfants issus de plusieurs écoles ainsi que les musiciens qui nous accompagneront.

Nous nous sommes donc plongés, sopranes et alti ensemble avec Magalie et les hommes (pardon France) à l’étage avec Marianne, dans « Dogora », justement. Nous commençons à apprivoiser ce chant que nous craignions tant la première fois que nous l’avons entonnée. D’accord, les paroles ne sont pas faciles à mémoriser mais nous les prononçons de plus en plus facilement.

Ce fût ensuite au tour de « Mira » qui est en majorité chanté par les alti, ce qui n’est pas pour déplaire aux sopranes. Et c’est une chose qui fait plaisir à tous les pupitres tant les alti sont douées en dogorien. Mais non, je ne me moque pas.

Après avoir répété chacun de notre côté, nous nous sommes tous réunis pour chanter ensemble et c’est à ce moment qu’un doute apparût ; n’avait-il pas été décidé que les hommes feraient la partie Basse ?

Voici les chants pour le concert :

  • Dogora
  • Mi poshka
  • Soukia
  • Koshni
  • Mira
  • Kiatché tchékania
  • Soutrinka
  • La vidjiamé
  • Donia

Reprise des séances le 5 novembre même heure même endroit.

P.S. : pour celles et ceux qui l'auraient oublié, nous avons un concert avec les enfants de l'école de Corbeilles le 28 mars 2014 à 18h30, à l'église.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 18:34

Nous avons eu la bonne surprise de découvrir nos nouvelles partitions, la petite suite de Dogora, dans laquelle nous nous sommes tout de suite plongés, installés sur nos nouveaux pupitres qui nous donnent vraiment une plus grande aisance. Le premier chant que nous avons travaillé fût donc "Dogora", pour le plus grand plaisir de toutes et tous. Ah, ces paroles et cette diction à la portée de tous,  hum..! Et la hauteur de ce chant qui ravit les sopranes, n’est-ce pas les filles ?

 

Bref, après avoir passé une bonne partie de la séance à apprendre ce chant, nous reprenions notre "ancien" répertoire avec « Plus près des étoiles » que nous maîtrisons bien maintenant et « Bruxelles » qui nous demande un peu plus de travail, notamment pour le pupitre des hommes qui a la fâcheuse tendance à suivre et copier les sopranes.

 

Malheureusement, au lendemain de notre répétition, nous apprenions que le concert du 17 novembre est annulé.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 03:48

Cette fois encore nous avons été très assidus et avons répété à la suite « En sortant de l’école », « Le Sud », « La chanson de Prévert » et « Douce France ». Tout ça en grande partie debout (ça fait du bien de pas chanter assis, non ?) et sans les partitions car, oui, enfin, nous connaissons tous les chants par cœur, à part les nouveaux bien entendu.

 

Voici l’ordre des chants pour le concert :

  • Le chant des partisans (1943)
  • La mer (1946)
  • La chanson de Prévert (1961)
  • Bruxelles (1962)
  • Les copains d’abord (1964)
  • En sortant de l’école (1970)
  • Le Sud (1975)
  • Plus près des étoiles (1985)
  • Douce France (1943)

 

Puis nous avons entamé l’apprentissage des paroles de « Dogora ».

Et, franchement, nous avons bien ri en essayant de répéter ces phrases en dogorien. Mais il va falloir s’y faire car c’est le thème du concert de mai, mais je vous expliquerais ça plus tard.

 

 

N.B. : pour cette année, nous avons prévu l’achat d’une quinzaine de pupitres afin de ne plus avoir les mains encombrées par les partitions et ainsi nous faciliter les répétitions.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 02:19

Après les échauffements d’usage, Magalie nous a fait écouter « Le chant des partisans » que nous avons tous repris sans grande difficulté car c’est à l’évidence un chant que nous connaissons tous déjà.

 

Nous sommes donc rapidement passés à « Bruxelles » pour filer de la Place de Brouker aux pavés de la Place Sainte Catherine et aller danser sous les lampions de la Place Sainte Justine puis "c’était au temps" du final, que nous avons recommencé jusqu’à parfaite maîtrise. Et, pour se mettre en condition, nous avons quitté nos chaises et nos partitions pour la répété une dernière fois, debout, les mains et le corps libres, entièrement dédiés à l’interprétation.

 

Puis, « En sortant de l’école », nous avons réitéré le ce processus, d’abord assis avec les partitions puis, debout sans les partitions et, sur ce chant, nous devons vraiment travailler l’interprétation. Il y a eu dans choses très intéressante lors de cette séance alors continuons sur cette voie.

 

Conseil de Magalie pour l’interprétation : ne pas avoir peur du ridicule et s’amuser comme des diablotins dans leur boîte. Et n’oubliez pas que nous racontons une histoire.

 

 

Carole

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 23:38

Effectivement, nous n'avons pas chômé mais consacré la séance à la révision des cinq chants qui constitue notre partie "solo" du concert.

 

"En sortant de l'école" nous revient gaiement à la mémoire même si, parfois, nous nous sommes retrouvés à sautiller sur des notes impromptues, qui étaient venues là sans invitation. mais nous avons su garder le cap jusqu'à "Bruxelles".

 

Ah, "Bruxelles", qui rebute certain(es) dont je tairais les noms... de toutes les sopranes présentes ce jour là, tu nous demande des efforts pour que l'on se souvienne de toi et de tes subtilités cachées. Tes notes qui descendent sans qu'on s'y attendent ou que nous chantons bas quand elles n'y sont pas. Et pour nous remettre de tes notes et ton rythme rapide, nous avons plongé dans les feuilles mortes de "La chanson de Prévert".

 

Celle-ci, nous la connaissons bien. Elle coule toute seule et, telle une rivière calme et sans remous, elle nous a conduit "Plus près des étoiles".

 

Là, par contre, il y eut quelques remous. Si les notes ne posent pas particulièrement de problème, le rythme de la partie accompagnement que chantent les alti et les sopranes laisse à désirer et, justement, manque de rythme. Donc, les filles, on se concentre et on n'y met plus d'entrain. Hormis ce tempo peut-être un peu trop mou, nous savons la chanter, que ce soit l'après-midi ou le soir, dans le Centre ou dans "Le Sud".

 

Et dans "Le Sud", tout est bon, les notes, les paroles et même le rythme..! Sans compter que nous faisons des "pôm pô lô lô pôm" à rendre jaloux n'importe quel instrument à corde du monde, rien de moins.

 

Nous l'avons si bien chanté que je peux vous l'affirmer, nous avons fini sur une bonne note !

 

 

Carole

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Choeur de l'Orangerie
  • : Chorale créée en septembre 2009 recherchant choristes, principalement hommes et sopranes, pratiquant sur musique variée..
  • Contact

Recherche

Liens